Radouane Lakdim : le tueur de l'Aude a échappé à la surveillance

Le terroriste de 25 ans qui a commis trois attaques, vendredi, faisant quatre morts à Trèbes et Carcassonne, était fiché S depuis 2014. Radouane Lakdim a été abattu par les forces de l'ordre.
Par Ralph Bechani - NP
Publié le 24 mars 2018 à 17:09 Modifié le 25 mars 2018 à 10:49

Partager Facebook Twitter

 

Une question se pose au lendemain de la série de trois attaques dans l'Aude qui a fait quatre morts et une quinzaine de blessés. Les autorités auraient-elles pu éviter le drame ? Selon le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, vendredi, l'individu avait été repéré mais ne présentait aucun signe de radicalisation. 

Il évoque un "solitaire" qui serait "passé à l'acte brusquement".

De son côté, le procureur de Paris François Molins a précisé que le suivi du terroriste pour radicalisation "n’avait mis en évidence aucun signe précurseur laissant présager un passage à l’acte". Fiché S, le djihadiste ne faisait donc pas l'objet d'une surveillance accrue de la part des services de police. 

Né le 11 avril 1992 à Taza au Maroc, le terroriste était surtout connu des services de police pour des faits de trafic de stupéfiants. Selon le parquet de Paris, ce Français d'origine marocaine vivait avec sa famille dans la cité Ozanam, un quartier populaire situé près de Carcassonne.

Condamné à deux reprises, en 2011 et 2015, pour des faits de droit commun, il avait été incarcéré durant un mois en août 2016 pour "infraction de port d'arme prohibé, usage de stupéfiants et refus d'obtempérer". 

Il était également suivi par les services de renseignement en 2016-2017.

Daesh revendique l'attentat

Dans un communiqué via son agence de propagande, Amaq, le groupe Etat Islamique a revendiqué, hier, la série de trois attaques dans l'Aude. Le texte annonce que "l'homme qui a mené l'attaque de Trèbes dans le sud de la France est un soldat de l'État Islamique (EI), qui a agi en réponse à l'appel" de l'organisation "à viser les pays membres de la coalition" anti-Daesh.

Une revendication qui est tombée rapidement après l’annonce de la mort du suspect, vendredi, abattu par les forces de l'ordre au terme d'une prise d'otages sanglante de plusieurs heures dans un supermarché.

Newest

Ralph Bechani

Journaliste


2018 © NP | Crédit photo : PQR/L'INDEPENDANT/MAXPPP



Suivez-nous

  ico twit ico face Google LogoLinkedin



Podcasts

Podcasts


Le Fil Info


Photos

Maxppp


Newsletter


Web & Mobile

StudioNewsTransparent