Europe : Macron donne le coup d'envoi des "consultations citoyennes"

Le Président français était à Strasbourg, hier, pour un grand oral au Parlement européen. Avec ce déplacement dans le Grand Est, il donne aussi le coup d'envoi des "consultations citoyennes".
Par Ralph Bechani - NP
Publié le 18 avril 2018 à 8:45 Modifié le 2 mai 2018 à 20:14

Partager Facebook Twitter

 

Les mots sont forts. Hier, Emmanuel Macron a lancé aux eurodéputés : "je ne veux pas faire partie d’une génération de somnambules".

Ce mardi 17 avril 2018, le chef de l'Etat a tenu à Strasbourg (67) un discours d'environ trois heures au Parlement européen. "J’appartiens à une génération qui n’a pas connu la guerre et qui est en train de s’offrir le luxe d’oublier ce que ses prédécesseurs ont vécu", selon le Président.

Il faut dire que c'est la première fois que le locataire de l'Elysée s'adresse aux députés européens depuis son arrivée au pouvoir, en mai 2017.

Dans un contexte international toujours aussi imprévisible - avec la guerre en Syrie, au Yémen... la lutte contre le terrorisme, l'islamisme, les tensions avec la Russie, la Corée du Nord, l’Iran... et les violences entre palestiniens et israéliens - et la montée des populismes en Europe ainsi que l'immigration, Emmanuel Macron a mis l'accent sur la défense de la démocratie.

Il a ainsi mis en garde contre "les tentations autoritaires" et les nationalismes, qui réveillent, selon lui, une "forme de guerre civile européenne". Et d'ajouter dans son discours; "nos égoïsmes nationaux parfois nous paraissent plus importants que ce qui nous unit face au reste du monde". 

Le Président a appelé les eurodéputés à organiser un "vrai" débat qui permettra de choisir entre "ceux qui veulent une Europe du repli et ceux qui sont prêts à porter une Europe d’une souveraineté réinventée, d’une démocratie vivante".

Une visite outre-Rhin

S'agissant du Brexit, la France est prête à "augmenter sa contribution", selon Emmanuel Macron, et ce dans le cadre du prochain budget pluriannuel de l’UE, après 2020. 

En outre, le chef de l'Etat a proposé "de créer un programme européen qui soutienne directement financièrement les collectivités locales qui accueillent et intègrent les réfugiés", alors que le sort des migrants en Europe reste un sujet de division au sein de l'Union.

Avec ce déplacement dans le Grand Est, le Président donne aussi le coup d'envoi des "consultations citoyennes" sur l'Europe. Il est d'ailleurs dans les Vosges (88), aujourd'hui, avant de passer outre-Rhin.

Emmanuel Macron est attendu jeudi à Berlin pour s’entretenir de l’avenir de la zone euro avec la Chancelière allemande, Angela Merkel.

DERNIÈRE MINUTE 

Emmanuel Macron a lancé, hier, dans les Vosges, la première "consultation citoyenne" sur l’Europe. L'idée avait été lancée par la France avant d'être reprise par de nombreux pays de l’UE. Dans les faits, jusqu’au mois d'octobre prochain, le gouvernement va aller à la rencontre des Français pour écouter leur point de vue sur l’Europe.

La méthode s'inspire de la campagne du mouvement "En marche!" lors de l'élection présidentielle de 2017. 

Hier, à Épinal, devant environ 300 personnes réunies au palais des congrès, le Président de la République a présenté son projet pour "une Europe plus démocratique, plus unie et plus souveraine".

Le chef de l'Etat a notamment vanté le programme d’échange universitaire Erasmus. Avec ces consultations citoyennes, Emmanuel Macron veut "avoir un débat instruit avec les Français, pour chasser les fausses idées".

Le gouvernement a désormais un an pour insuffler un nouveau souffle sur le continent avant les élections Européennes de mai 2019.

Newest

Ralph Bechani

Journaliste


2018 © NP | Crédit photo : PATRICK SEEGER / EPA / Newscom / MaxPPP



Suivez-nous

  ico twit ico face Linkedin YouTube



Podcasts

Podcasts


Le Fil Info


Photos

Maxppp


Newsletter


Web & Mobile

Bigstakes