Proche et Moyen Orient : la communauté internationale appelle au calme

La tension reste vive entre Israël, la Syrie et l'Iran au lendemain d'une série de bombardements. Les Nations unies réclament l’arrêt des hostilités tandis qu'Emmanuel Macron appelle à la désescalade.
Par Ralph Bechani - NP
Publié le 11 mai 2018 à 8:36 Modifié le 11 mai 2018 à 9:46

Partager Facebook Twitter

 

Deux jours après l'annonce de Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, des avions israéliens ont frappé jeudi des cibles militaires iraniennes en Syrie. Une opération militaire qui répondait à des tirs de roquettes par les forces iraniennes en Syrie sur des positions israéliennes sur le plateau du Golan, occupé par l'Etat hébreu.

Sur place, la Force des Nations Unies chargée d'observer le désengagement (FNUOD), qui contrôle l'application du cessez-le-feu entre les forces israéliennes et syriennes sur ce même plateau du Golan depuis 1974, annonce qu'elle est "restée en contact avec les Forces armées arabes syriennes et les Forces de défense israéliennes".

L'ONU exhorte ainsi les deux parties "à faire preuve de la plus grande retenue et à respecter leurs obligations en vertu de cet accord sur le désengagement", selon un communiqué de son Secrétaire général António Guterres.

La France appelle au "calme"

Le chef des Nations Unis "appelle à l'arrêt immédiat de tous les actes hostiles et de toute action provocatrice afin d'éviter une nouvelle conflagration dans la région déjà engagée dans d’horribles conflits avec d'immenses souffrances pour les civils".

De son côté, Emmanuel Macron appelle au "calme" et à la "désescalade" entre Israël et l'Iran. Hier, le Président s'est entretenu avec la chancelière allemande Angela Merkel, lors d'une rencontre à Aix-la-Chapelle, outre-Rhin. 

Jean-Yves Le Drian, lui, fait part de la "grave préoccupation de la France, rappelle son attachement indéfectible à la sécurité d'Israël et condamne toute tentative d'y porter atteinte".

Le ministre de la Défense qui précise, "comme le président de la République l'a annoncé, la France souhaite notamment que s'ouvre une négociation avec l'Iran dans un cadre plus large incluant ses activités nucléaires et son programme balistique ainsi que la solution des crises dans la région".

La Syrie "a tous les droits de se défendre"

Aujourd'hui, selon la télévision publique iranienne, "l'Iran condamne avec forces les attaques - d'Israël - contre la Syrie (...). Le silence de la communauté internationale encourage cette agression israélienne".

Puis, la chaîne cite le parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Qasemi. D'après lui, "la Syrie a tous les droits de se défendre".

Entre temps, le gouvernement israélien confirme avoir mené une série de bombardements sur les principales installations militaires iraniennes en Syrie. Une riposte d'ampleur et inédite depuis le début de la guerre en Syrie, il y a sept ans. Au total, depuis le début de cette année 2018, l'Etat hébreu a frappé à cinq reprises la Syrie. 

Newest

Ralph Bechani

Journaliste


2018 © NP | Crédit photo : Ting Shen Xinhua / News Agency / Newscom / MaxPPP



Suivez-nous

  ico twit ico face Linkedin YouTube



Podcasts

Podcasts


Le Fil Info


Photos

Maxppp


Newsletter


Web & Mobile

Bigstakes